Ressources

RDC : Le secteur de l’Energie  vers l’intégration dans l’ITIE

MWANGAZAIls sont tous d’avis que les parties prenantes doivent poursuivre le débat dans la transparence. Afin de se mettre d’accord pour l’intégration du secteur de l’électricité dans l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE).

Un atelier de présentation de la Note d’Étude du réseau Mwangaza sur la Transparence dans le secteur de l’Électricité en RDC a eu lieu ce mercredi  9 février à l’hôtel Rotana. Les participants à ces assises ont salué l’initiative de Afrewatch et CORAP Organisations de la société civile, membres de ce réseau.

Revenant sur les raisons ayant conduit à cette étude, Richard Mukena Directeur des Programmes au sein de l’Observatoire Africain des Ressources Naturelles, Afrewatch; explique :

« Nous nous sommes référés au secteur minier, parce que le secteur de l’électricité a des fortes connexions avec le secteur minier. Car les entreprises minières utilisent de l’électricité pour le fonctionnement de leurs unités de traitement. Nous avons compris qu’il y a beaucoup de fonds qui sont payés par les entreprises minières à la SNEL pour acheter l’électricité pour faire tourner leurs usines. Et d’autres qui ont  investi dans la construction ou la réhabilitation des certains barrages en vue de renforcer l’accès à l’énergie ».

Et d’ajouter, « Dans toutes ces transactions il n’y a pas d’informations claires. Voilà pourquoi nous avons pensé qu’il y a de l’opacité dans la gestion du secteur de l’électricité. Et une fois que ce secteur sera intégré dans l’ITIE, le public pourra avoir accès à l’information nécessaire. Cela permettra de faire un suivi citoyen ».

Pour sa part Kharis Olinamungu, conseiller Juridique et Représentant du Ministre de l’énergie et ressources hydrauliques présent à la publication de la note d’études, le rapport des ONG rejoint le souci de transparence incarné dans différents projets de réforme du gouvernement.

« La note en soi est capitale. Cette transparence que demande les organisations de la société civile s’inscrit dans la politique globale de transparence du gouvernement. Cette initiative à la fois citoyenne rencontre aussi les objectifs du gouvernement concernant les réformes du secteur de l’électricité », a affirmé le conseiller juridique du ministre de l’énergie.

Présent à ces assises, Jean-Jacques Kayembe, coordonnateur national de l’ITIE en RDC a salué l’initiative du réseau Mwangaza tout en faisant des recommandations en vue de faire une études beaucoup plus approfondie afin d’améliorer ce rapport qui pourra servir de base à l’intégration du secteur de l’électricité à l’ITIE.

« le débat vient d’être lancé, il faut le continuer.  Mais pour mieux le continuer il faut que nous travaillions ensemble pour faire un bon cadrage.

Il est clair qu’il y a des paiements significatifs qui sont effectués envers la SNEL mais nous devons comprendre si c’est la facture qu’il faut intégrer ou tout le flux financier pour mieux analyser.

La volonté est là mais nous devons continuer à débattre sur la question à améliorer le rapport publié aujourd’hui afin de voir si nous pouvons dans un futur proche si on peut intégrer le secteur dans l’ITIE », a souligné Jean-Jacques Kayembe.

Ayant pris part aux échanges, Fabrice Lusinda Directeur Général adjoint Venu représenté le DG de la SNEL s’est réservé de tout commentaire pouvant engager la Société Nationale d’Électricité.

Le DGA de la SNEL a par ailleurs émis le vœu d’inclure dans la note d’études du réseau Mwangaza les données des rapports annuels disposés par la SNEL. Et, il a également souhaité que les études du réseau Mwangaza s’élargissent jusqu’aux entreprises privées du secteur de l’Energie.

Osée Kabamba