Sécurité | Tension RDC-Rwanda : Patrick Muyaya, « Nous ne pouvons pas faire le choix d’accepter encore les troupes rwandaises (…) » !

À l’approche du déploiement de la Force régionale d’Afrique de l’Est en RDC, les tensions entre Kinshasa et Kigali persistent.
Au cours d’un entretien accordé à RFI mercredi 22 juin, le ministre de la Communication et médias, porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya Katembwe a affirmé “qu’Il est hors de question que le Rwanda fasse partie de cette force régionale qui sera sur le sol congolais.”

Évoquant le déploiement, dans les prochains jours, de la Force régionale de l’EAC en RDC, Patrick Muyaya est catégorique, le Rwanda n’en fera pas partie.

Il explique : « Nous disons non parce que le Rwanda pose problème vous savez que nous avons une opinion très publique qui est traumatisée par l’attitude du Rwanda. Je vous ai parlé de ces 25 dernières années. Nous ne pouvons pas faire le choix d’accepter encore les troupes rwandaises qui soutiennent les groupes terroristes que nous, nous ne cautionnons
pas. Il est hors de question que le Rwanda fasse partie de cette force surtout pas celle qui sera déployée en RDC. »

Pour le porte-parole du gouvernement congolais, la RDC dispose suffisamment des preuves du soutien militaire du Rwanda au M23.

« Tout le monde a vu les deux militaires des Forces spéciales rwandaises qui ont été arrêtés en RDC », a rappelé le ministre Muyaya avant d’indiquer que ces militaires en mission spéciale en RDC ont été relaxés à la suite des échanges entre le président Félix Tshisekedi et son homologue Angolais Lourenço,président en exercice de la CIRGL.

Et de poursuivre : « Aujourd’hui, on ne peut continuer à nous mentir. Il y a quelques années, c’était la même rhétorique que ce n’est pas nous, mais après quand on regarde sur le terrain, le fait accuse et atteste du contraire et tout le monde le sait. J’espère que la Monusco pourra s’exprimer de manière claire à ce sujet pour que tout le monde puisse en être sûr. »

Selon lui, l’insécurité qui perdure à l’Est du pays est entretenue par l’attitude des pays voisins. C’est pourquoi, souligne-t-il, « nous voulons les avoir comme parties prenantes pour la solution (…) nous pensons que nous aurons mis nos partenaires en confiance et ensemble on aura réglé le problème et finalement aller vers l’économie qui est plus utile pour nos différentes populations. »

À l’entendre, depuis l’avènement de Félix Tshisekedi, Kinshasa privilégie les dialogues face aux problèmes de l’insécurité.

Abordant l’adhésion de la RDC dans la communauté de l’Afrique de l’Est, le ministre de la communication et médias rassure : « nous étions déjà à table en train de discuter des questions avec tous les pays voisins. »

Alors que les autorités congolaises dénoncent, à la moindre occasion, le soutien du Rwanda aux rebelles du Mouvement du 23 Mars, Kigali rejette ces accusations. De leur côté, les autorités rwandaises accusent l’armée congolaise de collaborer avec les FDLR et d’avoir procédé aux bombardements qui ont récemment touché son territoire.

Dans un contexte de tension grandissante entre les deux Etats membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), de le Chef d’État Kényan, Président en exercice de l’EAC, Uhuru Kenyatta avait convoqué lundi dernier à Nairobi, le 3ème Conclave des Chefs d’Etat de l’EAC sur « le Dialogue Inter-Congolais du Processus de Nairobi et la Situation sécuritaire dans l’Est de la République démocratique du Congo. »

Au terme de ces assises, les pays membres de la communauté économique ont approuvé le déploiement immédiat de la Force régionale d’Afrique de l’Est en appui aux Forces armées de la RDC.

Osée Kabamba ✍️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *